VOYAGES D'EXPLORATION

Celtic Colours Festival en Nouvelle-Écosse

  • 200 km parcourus
  • 01 panorama sur l'île
  • 12 violonistes mélancoliques

Lors du mariage celtique traditionnel, les futurs mariés se retrouvent au milieu de la nature pour s'unir devant leurs dieux. Alors, en tant que jeunes mariés débarquant au Celtic Colours Festival, c'était l'occasion idéale. Imaginez : neuf jours de musique et de culture celtiques sur l'île escarpée du Cap-Breton sur fond de couleurs automnales. Violons. Confitures. Dîner communautaire et chansons au bord de l'eau. De quoi donner au dicton gaélique « celui qui voyage a des récits à raconter » tout son sens. 

Jours 1
Baddeck et au-delà
Baddeck était le point de départ évident. C'est là que commence et se termine la superbe piste de Cabot Trail, et où Alexander Graham Bell a vécu et a conçu le premier avion à moteur du Canada. On est d'abord allés au Wagmatcook Centre pour découvrir l'art contemporain des Mi’Kmaq, bercés par les percussions de musiciens autochtones. Ensuite, direction l'Highland Village Museum en ferry pour se mêler aux colons écossais. Le forgeron a créé devant nous un magnifique objet en fer forgé. Un intervenant déguisé en pionnier nous a donné quelques notions pour saluer et parler en gaélique. Un « cèilidh» (prononcé kei-li), bal traditionnel, était organisé le soir. Au début, il n'y avait pas un bruit, puis tout le monde s'est mis à taper du pied et en un rien de temps, toute la salle était en émoi : musiciens écossais et de l'île du Cap-Breton, violons, cornemuses, harpes, chansons gaéliques. On connaissait tous l'air.
Jours 2
Le langage universel de la musique
Réveil aux aurores, café chaud et en route. À l'université, les historiens en culture et musique gaéliques ont organisé une sorte de quiz musical, ce qui nous a permis d'en savoir plus sur les origines des chansons traditionnelles. Puis, on a visité le Cape Breton Centre for Craft and Design, l'occasion de rencontrer des artistes et de jeter un œil aux créations locales. Près du métier à tisser, on a appris comment faire passer la trame dans la chaîne avec la navette. On a aussi appris à faire des bijoux à partir d'objets trouvés sur la plage. Toute fière, ma femme était ravie de garder son collier en souvenir. J'ai apporté ma guitare au Bras d'Or Yacht Club pour un jam micro ouvert. J'ai chanté une chanson écrite par ma femme et les musiciens m'ont suivi. Violons. Banjo. Ma femme en pleurs. On ne pouvait pas différencier les touristes des locaux. On dansait, tous unis par la musique.
Jours 3
Collines musicales
Chaussures de marche. C'est bon. Eau. C'est bon. On était super excités à l'idée de faire le Celtic Colours Hike and Ceilidh dans les hauteurs de l'île à Coxheath. Sur le chemin, on a rencontré un botaniste qui nous a briefés sur la faune et la flore. Les énormes pruches du Canada, les érables à sucre, les trilles ondulés et les cypripèdes. Il nous a dit d'écouter les joueurs de cornemuse qui jouaient sur les belvédères. Une fois au sommet de la montagne, on a pu admirer une vue panoramique de l'île qui s'étendait de Cape Smokey à Mira Hills. La musique et les récits celtiques résonnaient à l'intérieur du Pittman’s Lodge. Une fois de retour au centre communautaire, on a repris des forces avec des biscuits pour le thé et du gâteau à la carotte. On a fini la soirée au Cèilidh à Knox Church Hall, tapant des mains au rythme des violons et du piano, autour de gâteaux à l'avoine et de cidre de pomme. Plaisirs gourmands et violons. Ou comment écrire notre lune de miel en musique.