VOYAGES D'EXPLORATION

Entre capitale nationale et capitale francophone : d'Ottawa à Montréal

  • 397 images au total
  • 07 jours
  • 23 activités au total

On a toujours pensé que le dicton « plus on est de fous, plus on rit » disait vrai. Alors quand nos voisins nous ont proposé l'été dernier de partir ensemble pour une aventure canadienne, on a tout de suite accepté. L'idée était de découvrir Ottawa à travers ses vins et sa gastronomie pendant le weekend de la Fête du Canada, puis de prendre la route plus ou moins en direction de Montréal. Je dis plus ou moins, parce que le sens de l'orientation et nous, ça fait deux. Une fois au cœur du Canada francophone, on a décidé de découvrir la ville de la meilleure façon qui soit, c'est-à-dire à vélo.

Jours 1
Virée culturelle sur le canal
On était arrivés tard la veille, mais grâce à Joey et sa fougue légendaire, on était déjà debout, ou plutôt assis dans des kayaks sur le canal principal d'Ottawa, avant même que le reste de la ville n'ait beurré ses tartines. Après quelques coups de pagaie, direction le Musée canadien des civilisations, avant de monter à bord d'un bateau-taxi pour le Centre des congrès d'Ottawa. Rob, qui s'y connaît un peu en architecture, nous a fait un topo sur les angles et le post-modernisme, avorté par notre envie commune d'aller boire un verre. Et comme on ne se refuse rien, on a accompagné ce verre d'un bon repas. Le soir, on a rigolé autour d'un dîner en faisant le bilan de la journée, et Rob a essayé en vain de finir son cours d'architecture, désormais dans les annales.
Jours 2
Fête nationale du Canada
Rouge et blanc, rouge et blanc. Répétez. Ceux qui pensent que les Canadiens ne sont ni patriotes ni fêtards ne sont jamais venus à Ottawa le weekend du 1er juillet. On a assisté à la relève de la garde qui rappelle les racines britanniques du pays, et on est tombé amoureux de la poutine, plat national. Plus calorique, tu meurs ! On s'est éloignés des stands pour déguster un vin du cru en terrasse. La nuit est tombée et avec elle, les températures élevées de l'après-midi. C'était juste parfait. Malgré le monde, l'ambiance était bon enfant, avec au programme musique et feux d'artifice. On a eu mal aux jambes ce soir-là, mais le spectacle en valait vraiment la peine.
Jours 3
Détente bien méritée
Mercredi oblige, le troisième jour a été une journée de transition. Plutôt que de marcher comme des fous en ville, on a décidé de faire une pause, en commençant au Spa Nordik. Après quelques tours dans les bassins et un massage bien mérité, on n'a pas résisté au plaisir enfantin de manger une glace. Rob a d'ailleurs trouvé le moyen de renverser son sundae à la fraise sur sa chemise. Direction ensuite le Musée des beaux-arts du Canada pour une dose de culture plus adaptée à notre âge. À midi, on a pris un repas à emporter pour pouvoir flâner dans le Marché By. Quelques biscuits, hot dogs et promenades plus tard, on a atterri dans un pub irlandais, où les amateurs de bière parmi nous se seraient bien attardés plusieurs heures, voire plusieurs jours.
Jours 4
Avions et voitures
Bye bye l'anglais, bonjour le français. On a fait nos valises et on a pris la route pour la vieille ville de Montréal. Mais c'est là que Rob a réalisé que le Musée de l'aviation du Canada était tout près. Hors de question de ne pas s'y arrêter, même en coup de vent. À peine arrivé, Rob s'est inscrit à un vol en biplan (je ne l'avais jamais vu aussi heureux). On est allés faire un tour pendant qu'il survolait la ville voisine. Le convaincre de descendre de l'avion n'a pas été une mince affaire. On s'est arrêtés déjeuner dans un excellent petit restaurant, avant de jeter un rapide coup d'œil dans l'hôtel Château Montebello. Vu qu'on n'aurait pas faim avant un bon moment, on est allés en voiture jusqu'au Parc Oméga, une réserve faunique, dans l'espoir d'apercevoir un ours. On a vu des tamias, des wapitis et plein d'autres animaux, mais pas le moindre ours. Résignés mais pas abattus, on a mangé un morceau. Finalement, la chance nous a souri sur le chemin du retour, où on a eu notre dose d'ours à vie. Autant dire qu'on a relevé nos vitres en un temps record.
Jours 5
Première rencontre avec Montréal
On a commencé par une visite de l'imposant Biodôme, qui ressemble à un palais omnisport futuriste mais abrite en fait des plantes et animaux en tout genre. L'occasion de voir des esturgeons aussi gros que mon canapé, et des macareux qui se la jouent grande classe. Direction les jardins botaniques pour méditer un peu et manger des sandwichs à tomber par terre. On s'est ensuite rendus dans le Vieux-Montréal à Bixi, les vélos en libre-service de la ville. On a fait quelques arrêts dans des bars et pubs gastro pour siroter des cocktails et déguster des plats de charcuterie. Et encore plus de cocktails. Et encore plus de plats. Ce qui donne en fin de soirée, quatre adultes éméchés, rigolant comme des gamins dans le taxi qui les ramène à l'hôtel.
Jours 6
Mont Royal sinon rien
Après notre soirée bien arrosée, on a commencé la journée au ralenti : on a pris le métro de Montréal jusqu'à un petit parc tranquille du mont Royal pour pique-niquer. Quand je dis tranquille, c'est tranquille. Il n'y avait personne à part nous quatre et un écureuil très curieux. On a pris de la hauteur pour admirer le panorama, puis on a visité les boutiques du mont Royal et les alentours très agréables. Alors qu'on avait tous retrouvé un brin d'énergie, on est passés par hasard devant un bateau de croisière avec dîner qui était sur le point de partir. Le visage de Joey s'est illuminé. On a pris les quatre dernières places et on s'est installés à bord. C'était l'occasion idéale pour prendre une photo sur l'eau.
Jours 7
Festival international de jazz
Déjà le dernier jour. On n'a pas vu le temps passé. On avait fait du vélo et de la rando, et on avait goûté à toutes les spécialités de ces deux grandes villes. Rob était même monté à bord d'un biplan. Non, mais sérieux. Qui a la chance de faire ça ? On a repris le métro pour ce dernier après-midi québécois, jusqu'à une agence de location de scooters que nous avait indiquée le concierge de l'hôtel. Rien de mieux pour se frayer un chemin parmi la foule de jazzeux. Ah oui, je ne vous ai pas dit. On a décidé de passer notre dernier jour au festival international de jazz de Montréal. Excellente idée, non ? Elle est de moi. On a garé les scooters et cherché un endroit pour profiter du spectacle. Au programme : bière, bons petits plats et musique. Une de ces soirées qu'on n'oublie pas.