VOYAGES D'EXPLORATION

Nahanni et les Territoires du Nord-Ouest

  • 3 612 km parcourus
  • 1 ours observé
  • 7 tentes montées en un clin d'oeil

Nous avons pris congé du confort de la vie moderne et nous avons pris l’avion jusqu’aux Territoires du Nord-Ouest — à Nahanni, plus précisément. Bien sûr, nous sommes, par définition, des gens de la ville, mais, pour la liberté et la nature, c'est l’endroit par excellence. Les imposantes rivières bruyantes et les murs de roc sont devenus notre décor, alors que nous nous aventurions en canot et apercevions toutes sortes d’espèces sauvages, ne faisant qu’un seul arrêt pour cuisiner au grand air, laver de l’or à la batée et nous baigner. Nous avons tous convenu que nous ne nous étions jamais sentis aussi près de la vie sauvage, mais aussi jamais sentis autant chez nous.

Jours 1
Les grands espaces
Non seulement nous quittions notre continent; nous quittions la civilisation. En fait, ce n’est pas tout à fait vrai — en réalité, nous avons fait une rapide escale sous le soleil de Vancouver avant de nous envoler pour Fort Simpson. Au fur et à mesure que nous nous éloignions du royaume des cafés crème, le paysage au sol a fait place aux lacs et aux vallées escarpées. L'avion commença à plonger vers la pointe du Grand lac des Esclaves à l’approche de Yellowknife. Nous avons atterri sous un ciel clair à 22 h. Oui, 22 h! Nous sommes montés à bord d’un hydravion et avons survolé un terrain montagneux et les imposantes chutes Virginia avant d’amerrir sur une grande rivière pour ensuite installer notre campement. Et plus important encore, dîner.
Jours 2
Hell’s Gate
Nous avons ouvert les yeux sur une autre journée nordique en humant l’odeur du bacon et des saucisses sur le gril. Après le petit-déjeuner, nous nous sommes préparés pour notre dernier portage près des chutes Virginia. Avec le rugissement de l'eau comme fond sonore, nous avons observé les guides assembler les embarcations. Un petit lunch rapide et hop, nous voilà prêts à repartir. La rivière était tumultueuse, mais elle se naviguait bien. Un bon début pour certains d’entre nous qui n'avaient jamais vu de rapides, sauf à la télé. La rivière s'est déchaînée un peu (d’accord, s'est déchaînée beaucoup) lorsque nous sommes arrivés à Hell’s Gate (portes du diable). Avec un nom comme celui-là, on s’en doutait forcément un peu. Après quelques intenses coups de pagaie, nous sommes arrivés à Wrigley Creek avec le sourire et un rire nerveux on ne peut plus mérité — un excellent préambule au contact avec la nature sauvage.
Jours 3
Rafting et pêche
Nous sommes repartis en rafting. Tous, sauf Cory, avaient trouvé la position assise idéale pour éviter que la rivière ne se retrouve dans leurs pantalons. Pauvre Cory! Les parois du Third Canyon nous dominaient alors que nous débouchions sur Flat River, où nous avons observé des loups et d’autres animaux qui nous fixaient à travers la forêt dense. Nous nous sommes arrêtés pour pêcher, chercher de l’or (aucun millionnaire instantané aujourd’hui) et faire des ricochets avec les cailloux les plus plats que j'aie jamais vus. Après quelques heures sur l’eau, nous avons établi notre campement et allumé un feu, tant pour la cuisson que pour le spectacle. Quel spectacle? Le coucher de soleil à minuit, bien sûr.
Jours 4
En aval
Les nuages du matin ont laissé toute la place au soleil en fin de matinée. Après un petit-déjeuner copieux composé de brioches à la cannelle faites maison, nous avons repris nos pagaies pour nous engager sur la grande courbe (appelée ici Big Bend). Les choses étaient relativement calmes dans le Second Canyon avant d’accélérer vraiment très rapidement dans le Headless Creek. S’il y avait des animaux près de la rive, ils sont sûrement allés se cacher lorsque Marie-Claire a commencé à crier alors qu’elle se faisait secouer puis quasiment sortir du raft. Comme le soleil était plus chaud dans l’après-midi, nous avons décidé de nous arrêter pour une baignade dans la rivière. Puis, Marie-Claire s’est calmée avec une petite séance de yoga et nous nous sommes dit que c’était un bon endroit pour établir notre campement. Mais avant tout, nous avons fait le dîner. Chacun ses priorités, n’est-ce pas?
Jours 5
Les nuages du matin ont laissé toute la place au soleil en fin de matinée. Après un petit-déjeuner copieux composé de brioches à la cannelle faites maison, nous avons repris nos pagaies pour nous engager sur la grande courbe (appelée ici Big Bend). Les ch
Un effort de groupe a été nécessaire pour tirer Tyson de son douillet sac de couchage, mais nous avons réussi à le soudoyer avec du yaourt et du granola. Il faisait un soleil de plomb et la rivière était large et idéale pour permettre aux débutants à bord de manœuvrer la grosse barre du raft. Cory a obtenu un score parfait avec son plongeon avant que nous décidions de nous arrêter et d’établir notre campement. Après avoir attaché les embarcations, nous avons pris le chemin du canyon pour faire un peu d'escalade. Froid? Oui. Magnifique? Oh que oui! Une tisane faite avec les herbes trouvées sur notre chemin nous a réchauffés avant le dîner, et une lecture sous la torche a terminé une autre journée passée dans les bois. Pas d’Internet, pas de télé, pas de téléphone – pas de problème.
Jours 6
Amateurs de loisirs
L’excursion du canyon maintenant terminée, il était maintenant temps de jouer. Nous avons volontairement établi le campement à l’endroit où les sources d’eau chaude croisent la rivière. Quelqu’un a creusé une sorte de cuve thermale naturelle où la rivière froide et l’eau de source chaude se mélangent pour donner une température parfaite. Les heures ont passé lentement, et peut-être nous sommes nous baignés dans notre plus simple appareil... Après quelques coups de pagaie, nous sommes arrivés au site de notre compétition de saut périlleux arrière avant le dîner. Au moment du repas, nous avons constaté que nous n’étions pas les seuls à sonder le terrain pour de la nourriture. Nous avons vu de petites empreintes animales. Dieu merci, nous n'avons pas vu de grosses empreintes.
Jours 7
Haut dans les airs
Les choses ont commencé à se calmer la dernière journée. Tyson insistait pour pêcher le petit-déjeuner, mais il est revenu bredouille. Aucun problème puisque les crêpes ont fait davantage l’affaire que la truite de rivière (pour tout le monde sauf Tyson). Nous avons pris notre dernier bain de rivière et fait du rafting en aval jusqu’au hors-bord qui nous attendait — tous heureux de ne plus avoir à utiliser nos bras pour avancer sur l’eau. Nous sommes montés à bord d’un petit hydravion pour le retour à la civilisation. À notre arrivée, nous avons filé directement vers notre bed and breakfast, qui offre le repas, les douches chaudes et de belles serviettes blanches pelucheuses qui, avouons-le, ont quelque peu perdu de leur splendeur (nous avions quand même passé une semaine dans les bois...). Bien reposés, nous ne pouvions effacer le sourire sur notre visage, figé en permanence après notre aventure canadienne plus grande que nature.